AU P\'TIT BONHEUR

AU P\'TIT BONHEUR

- ACCOMPAGNEMENT SCOLAIRE ET SOCIAL

Vous trouverez ci-dessous une lettre ouverte à Monsieur Luc CHATEL, ministre de l’Education Nationale.

Nous cherchons à diffuser le plus largement possible ce message et remercions tous ceux qui accepteront de le publier, de le mettre sur un site, de le transmettre…….

Trop de parents dénoncent quotidiennement la précarité de l’Accompagnement scolaire de l’Education Nationale !! Trop d’élèves n’auront pas à la rentrée l’accompagnement auxquels ils ont droit… Comment défendre un dispositif qui répond depuis plusieurs années à l’attente d’élèves handicapés (voir site www.cap-integration-marne.fr)

 

L’Education Nationale refuse de financer l’Accompagnement scolaire assuré depuis 10 ans par le service expérimental CAP Intégration Marne ; Pour rassurer les familles, elle propose à des salariés en CDI , au minimum conventionnel (conv 66), des postes d’Assistant d’Education renouvelable chaque année pendant 6ans !

Merci de faire passer le message des familles concernées.

Les usagers de CAP Intégration Marne

 

LETTRE OUVERTE A MONSIEUR LUC CHATEL, MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE

LR avec AR

Monsieur le Ministre,

Nous sommes parents d’enfants très gravement handicapés. Ils peuvent néanmoins essayer d’avoir une vie sociale comme les autres. Ils ont le droit d’aller à l’école sans être en danger.

Nos enfants s’appellent Kaïs, Aloïs, Cervin, Ophélia, Marie, Matthias, Cinderella, Nicolas, Tom.

Pour obtenir ce droit à une existence en tout lieu de vie, ils ont besoin des assistants que l’association CAP INTEGRATION MARNE met à leur disposition depuis dix ans.

Cette association a compris qu’un enfant n’a pas besoin d’un accompagnant à l’école, d’un autre à l’hôpital et d’un autre sur le chemin.

L’éducation nationale ne nous propose que des services ponctuels ne permettant pas de répondre à leur véritable problématique.

Les postes d’assistants que vous avez créés à l’école s’arrêtent à la porte de celle-ci certainement parce qu’on change de ligne budgétaire. Comment l’expliquer à nos enfants lorsqu’ils ont besoin, en urgence, de partir de l’école pour se trouver à l’hôpital et être à tous les moments entourés par une personne qui les connait et sait répondre à leurs besoins ?

Vous les avez embauchés sans leur donner de véritable statut puisque recrutés pour six ans, ils se retrouvent partout ailleurs en fin de contrat et les enfants dont ils s’occupaient à l’école en risque d’abandon.

Vous avez accepté que les associations spécialisées reprennent leur contrat aux frais de l’Etat.

Vous le refusez aux salariés de CAP INTEGRATION qui n’a désormais plus la moindre subvention et va donc devoir priver nos enfants de cet accompagnement.

Vous n’avez pas voulu nous recevoir, nous faisant dire par un membre de votre cabinet que nos assistants ne pouvaient être subventionnés dans la mesure où ils n’étaient pas jusqu’alors salariés de l’Education Nationale.

Nos enfants ne se demandent pas qui emploie les personnes qui les aident à l’école et dans la vie mais simplement que leurs référents personnels soient là et les entourent autant qu’il est nécessaire pour atténuer au moins autant que la société le peut, les conséquences de leur particularité.

Nous vous demandons une fois de plus de permettre à nos enfants de bénéficier comme les autres d’une scolarité et d’une rentrée normale en leur permettant de continuer à recevoir l’assistance des professionnels qui les accompagnent depuis toujours en tout lieu de vie.

Les parents de Kaïs, Aloïs, Cervin, Ophélia, Marie, Nicolas, ,Matthias, Cinderella ,Tom



04/09/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 84 autres membres